Retour à l'accueil

Sanctuaire des
Saintes-Maries-de-la-Mer

Notre Dame de la Mer

Le message des Saintes

Présentation de don Emmanuel LEMIÈRE

Chers amis,

un touriste d’un autre siècle, arrivant aux Saintes-Maries de la mer, découvrait fasciné les « manades de taureaux et des troupeaux de petits chevaux blancs à demi sauvages et bien beaux », le village resserré autour de sa belle église romane, « comme une forteresse antique », la Méditerranée aux couleurs changeantes, les petits bateaux colorés sur la plage, « tellement jolis comme forme et couleur qu’on pensait à des fleurs » ; puis, au crépuscule, les étoiles « qui scintillent comme des pierres précieuses dans un ciel d’un cobalt intense ». Il notait enfin : « les gens ne doivent pas être bien méchants ici, car même le curé avait presque l'air d'un brave homme »…

On voit que le mystique Vincent – puisqu’il s’agit bien sûr de Van Gogh en juin 1888 – ne portait pas forcément la religion catholique dans son cœur, mais cette « lettre à Théo » m’a bien fait sourire !

Depuis quelques semaines, depuis que Mgr Dufour, archevêque d’Arles et Aix m’a nommé recteur et curé des Saintes-Maries-de-la-Mer – en attendant qu’il vienne lui-même m’« installer » le 9 octobre -, j’ai expérimenté que les saintois et saintais sont de braves gens !, bien accueillants et demandeurs.

Il ne me reste plus, à la suite de ce prédécesseur lointain et à tous mes prédécesseurs - je ne citerai que le dernier qui m’a passé le flambeau, le Père Jean-Rémy Falciola -, qu’à être « un brave curé » et un zélé recteur…

Faisant partie de la Communauté Saint-Martin qui a en charge la ville d’Arles, et étant encore professeur de théologie au grand Séminaire de Toulon, je ne pourrai être que partiellement parmi vous, et je le regrette ; mais je souhaite me rendre disponible du mieux possible au service de tous les habitants de ce coin de paradis- tel il peut être appelé au temporel comme au spirituel -, et au service de tous les pèlerins qui viennent si nombreux et de si loin se recueillir en Dieu, auprès de sainte Sara et des Saintes Maries qui ont côtoyé le Christ, ont témoigné jusque sur ces rivages de sa mort et de sa Résurrection : un message qui nous touche encore aujourd’hui, et combien ! L’amour de Dieu pour chacun d’entre nous est le plus fort ! plus fort que la haine et l’incompréhension, plus fort que la mort elle-même.